Ne vous est-il jamais arrivé d’atteindre un objectif difficile et de vous sentir puissant ? De vous dire que vous excellez dans votre domaine, que vous arrivez là où les autres échouent ? Inversement, ne vous êtes-vous jamais senti au plus bas après avoir rencontré un obstacle, d’avoir essuyé un revers ? De vous dire que vous êtes mauvais, que vous n’y arriverez jamais ? Bienvenue dans le fixed mindset.

Carol Dweck l’oppose au growth mindset, une mentalité orientée croissance de votre personne, développement de compétence et apprentissage perpétuel.

Votre état d’esprit conditionne votre vision de vous-même et du monde qui vous entoure. Il conditionne votre perception du monde qui elle-même conditionne votre développement personnel.

Abordons une synthèse du livre de Carol Dweck et quittons le fixed mindset, quittons notre zone de confort et embrassons le chemin du développement perpétuel de nos capacités.

Fixed Mindset et Growth Mindset, différentes perceptions de l’échec

Carol Dweck cite le psychiatre Aaron Beck, père des thérapies cognitivo-comportementales : « nos croyances sont à la source de nos problèmes ».

En tant qu’être humain, nous ne cessons jamais d’analyser et juger notre environnement, mécanisme essentiel à notre développement personnel et sociétal.

Malheureusement, cette perception s’applique à nous-même. Depuis notre enfance et pour chaque sujet, nous avons construit une croyance, un état d’esprit, une vision de notre personne et de nos compétences : nous nous sommes jugés.

Ce jugement provient des épreuves que nous avons relevées ou non, de l’éducation de nos parents et des leçons que nous avons tirées de notre propre histoire.

Toute l’œuvre de Carol Dweck aura donc été de synthétiser ces perceptions et interprétations en deux modèles mentaux, deux états d’esprit différents : le growth et le fixed mindset.

Les mindsets, cadre de notre interprétation

Pendant trente ans, mes recherches ont montré que la vision que vous adoptez de vous-même affecte profondément la manière dont vous dirigez votre vie. Carol Dweck

Les deux mindsets sont présents dans tous les domaines de la vie : études, école, vie de couple, confiance en soi, vie professionnelle.

Gardez à l’esprit que ces deux états d’esprit sont des modèles mentaux et ne sont pas une réalité scientifique. Vous n’êtes pas totalement l’un ou l’autre : vous piochez dans les deux. Sur certains sujets, par rapport à votre confiance en vous ou vos capacités, un penchant pour l’un ou l’autre apparaîtra.

Le fixed mindset induit l’idée que nos capacités et nos qualités sont gravées dans le marbre. À l’inverse, les personnes dotées du growth mindset pensent que leurs compétences, que leur intelligence et leur potentiel global peuvent se développer avec le temps.

Selon moi, le meilleur exemple sont les mathématiques. Combien de personnes ont pu dire : « je suis nul en math », ou encore « les mathématiques ne sont pas faites pour moi » ?

Ces réflexions sont typiques du fixed mindset : personne ne se révèle fondamentalement nul en math. Un parcours de vie, un manque d’intérêt ou certaines affinités avec la matière ont pu simplement produire ce résultat.

Rappelez-vous, les tests et mesures d’accomplissement vous indiquent le niveau auquel se situe un étudiant, mais ne vous disent pas jusqu’où il terminerait potentiellement. Carol Dweck
fixed-growth-mindset
Source : Farnam Street

Le Fixed Mindset, catalyseur de votre pression psychologique

Selon moi, le fixed mindset est intrinsèquement lié à l’égo. Ryan Holiday, dans son livre l’égo est l’ennemi, nous invite à nous poser cette question : souhaitons-nous être ? Être un patron ? Être riche ? Être puissant ? Où souhaitons-nous faire ? Faire un projet ? Accomplir une mission qui nous tient à cœur ?

L’égo remplace en nous ce qui est important de ce qui ne l’est pas. Dans Mindset, Carol Dweck nous donne cette phrase : « Le fixed Mindset n’offre pas aux gens le luxe de devenir. Ils doivent déjà être. »

Le fixed mindset nous impose un sentiment d’urgence, que nous devons prouver chaque jour, nos capacités, notre caractère, notre intelligence. Le progrès n’existe pas : un échec, un test, une épreuve nous donne une note. Pour toujours.

C’est pour cela que le fixed mindset limite vos accomplissements futurs. Vous vous torturez l’esprit, succombez à vos démons émotionnels et rendez l’effort désagréable. Alors, vous n’apprenez plus puis transformez votre entourage personnel et professionnel juge de votre personne.

Dweck nous présente même des études qu’elle a menées dans son université : les étudiants avec un état d’esprit « fixed » avait beaucoup plus de chance de développer une dépression sévère. Phénomène directement lié à la pression et à l’attente de validation permanente.

Vous n’êtes pas un raté tant que vous n’avez pas commencé à vous blâmer.

Le growth mindset : Il n’y a aucune ligne d’arrivée au succès.

Je préviens tout de suite les esprits sarcastiques. Non, vous ne deviendrez pas le prochain Mozart ni ne créerez pas le prochain Google. Trop de facteurs extérieurs à vos propres compétences entrent en compte.

Le Growth Mindset vous propose une alternative à l’échec et à la pression psychologique : chaque obstacle met à l’épreuve vos compétences. Vous n’y arrivez pas ? Ôtez votre jugement. Reprenez le travail, reprenez votre apprentissage, faîtes un effort plus important. Vous en êtes capable.

Le Growth Mindset n’est pas une recette miracle, c’est un changement de votre perception. Vous développez votre résilience, votre force mentale parce’que vous changez de point de vue. Vous pouvez progresser. Allez-vous seulement le faire ? Il est plus facile de se blâmer ou de blâmer les autres puis de baisser les bras.

Chaque personne a sa propre définition de la réussite. Pour le growth mindset, le succès n’est pas l’atteinte d’un objectif, la réussite d’une entreprise, une bonne note à l’université, mais le progrès. Le growth mindset cible le processus qui crée la progression plutôt que la note qui indique si elle a eu lieu.

Si nous sommes prêts à accepter qu’aucune ligne d'arrivée n'existe alors l’échec professionnel, une mauvaise note ou une rupture amoureuse deviennent simplement des indicateurs. Ils indiquent que quelque chose n’allait pas, ils indiquent qu’un progrès est possible.

Comment développer son growth mindset ?

  1. Prenez conscience de votre fixed mindset : la première étape est de reconnaître honnêtement que vous avez des croyances limitantes, que certaines situations vous empoisonnent la vie. C’est difficile. La plupart du temps, vous masquez votre fixed mindset derrière un égo mal placé, de la mauvaise foi : vous êtes dans le déni.
  2. Apprenez à identifier les déclencheurs : questionnez vos réactions psychologiques aux aléas de la vie. Parvenez-vous à identifier des patterns ? Vous sentez-vous diminué, challengé dans des situations récurrentes ? Un objectif que vous n’êtes pas certain d’atteindre ? Une personne plus avancée que vous vous rend-elle envieux ? Vous appréhendez le lancement d’un nouveau projet ambitieux et limitez les actions que vous déployez par peur ?
  3. Donnez un nom à votre Fixed Mindset : fait intéressant, accorder un nom à votre fixed mindset est très puissant. Pour comprendre l’intérêt des mots dans la compréhension de concepts mentaux, je vous renvoie à mon article sur le livre « How Emotions Are Made ». Faites comme Churchill qui le nomma son blackdog : donnez-lui un nom pour le reconnaître plus facilement.
  4. Travaillez et persévérez : votre fixed mindset ne disparaîtra pas demain matin. C’est un exercice mental long et difficile. Vous devez lutter contre un phénomène devenu naturel pour vous. Pour vous aider, vous pouvez :
  • Chercher les challenges et changer vos objectifs : un bon exercice du growth mindset est la recherche des challenges. Toutefois, au lieu de chercher à performer, d’obtenir de bons résultats, visez l’application des bonnes procédures, des bons outils. Vous progresserez plus vite.
  • Chercher à faire face objectivement et intelligemment aux retours d’information : je l’ai écrit à maintes reprises, notamment en matière de pratique délibérée : le feedback est clé. Pour lutter contre le fixed mindset, voyez chaque retour, chaque critique comme une occasion de faire mieux. Surtout si cette critique est violente.
  • Voir l’effort comme la voie vers la maîtrise : l’effort et l’échec se révèlent essentiels dans le développement d’une expertise. C’est un long processus qui demande abnégation et courage.
  • Changer son point de vue sur ses héros : revoyez vos héros, non pas comme des êtres surhumains, mais tels qu’ils étaient réellement : des personnes qui faisaient de leur mieux. Qu’ont-ils eu de différent ? Du travail, de la persévérance, une méthode solide et de la chance.

Exemple pratique d’application du growth mindset à vous-même ou votre organisation

Lorsque vous souhaitez développer votre efficacité commerciale, vous pouvez rapidement vous sentir diminué : personne ne vous répond, vous ne parvenez pas à convaincre vos clients. Vous êtes bien pire que les autres commerciaux. Dans ce domaine ou un autre, vous avez déjà vécu une situation similaire, n’est-ce pas ?

Je reprendrai les points que j’ai énumérés un peu avant pour les illustrer une application concrète du growth mindset :

  • Points 1 et 2, faire face aux challenges et aux retours d’informations : Gardez le nombre de contrats signés comme votre Étoile polaire, mais ciblez au jour les jours des objectifs pratiques. Toutes les étapes du cycle de vente sont-elles bien respectées ? Déconstruisez votre système : parvenez-vous à y trouver des failles ? Ce processus vous permet d’identifier rationnellement des axes d’amélioration. Vous quittez l’affect pour cibler l’efficacité, vous adoptez une méthode scientifique et empirique : face au fixed mindset, rien de mieux que l’objectivité. Vous n’êtes pas mauvais, vous n’êtes tout simplement pas encore bon.
  • Point 3 et 4 : Au lieu d’imaginer le commercial au bagout naturel et vendeur de tapis, voyez son succès comme un processus. Combien de temps avant vous a-t-il commencé ? Changez votre point de vue sur le succès. Le développement d’une compétence et l’atteinte de la maîtrise est un très long processus qu’il faut accepter. Embrasser cette idée conditionne toute votre vision puis facilite l’adoption du growth mindset.

Le growth mindset, le suspens perpétuel

Vos compétences, votre caractère, votre gestion émotionnelle, votre entreprise : rien n’est jamais fini. Le growth mindset vous offre un luxe ultime, celui du changement et de l’amélioration. Vous n’êtes pas un raté. Vous n’avez pas obtenu 20/20. Pas encore.

Demandez-vous dès à présent quels objectifs vous pouvez viser, quelles actions vous pouvez appliquer pour évoluer et surtout quand votre fixed mindset viendra pointer le bout de son nez, reconnaissez-le et luttez.

Chronique d'un curieux

Recevez chaque semaine des conseils inspirants applicables au boulot et à la maison.

Dans cette newsletter, je partage tous mes apprentissages de la semaine. Vous y retrouverez toute sorte de curiosités, pensées, livres, articles, vidéos et podcasts sur le développement d’une compétence, d’une philosophie de vie et sur les chemins de vie des héros passés et présents de notre monde.

    Des idées, des auteurs, des sources d'inspiration. Aucun spam.