Qu’est-ce que la méthode Pomodoro ?

La technique Pomodoro est une technique de productivité qui consiste à fragmenter son temps de travail. Traditionnellement, la méthode pomodoro vous invite à utiliser un simple minuteur pour chronométrer des phases de travail de 25 minutes entrecoupées par des pauses de 5 minutes.

Cette méthode a de nombreux avantages comme nous le verrons. Elle nous oblige à segmenter nos tâches, à nous mettre au travail lorsque nous procrastinons ou même mesurer notre temps de travail pour trouver des axes d’amélioration.

Bref, cette méthode emploie de nombreuses techniques psychologiques et permet réellement de gagner en productivité.

Comment appliquer la méthode Pomodoro ?

La méthode Pomodoro est très facile à mettre en place et ne vous demande qu’un outil simple : un minuteur. Pas besoin d’applications ou logiciels sophistiqués, à moins que vous ne vouliez aller plus loin et nous le verrons dans cet article.

À présent passons à la question la plus importante de cet article : comment commencer ?

cycle-pomodoro
  1. Choisissez une seule et unique tâche sur laquelle vous voulez travailler,
  2. Réglez un minuteur numérique ou physique sur 25 minutes, coupez toute distraction potentielle, mettez votre téléphone sur mode avion et travaillez le plus intensément possible sur votre tâche. Lorsque vous êtes interrompu par un message ou un appel important, ne répondez pas, notez simplement en quelques secondes l’interruption, vous vous en occuperez plus tard. Il est primordial de ne pas interrompre les sessions sinon la technique est inutile.
  3. À la fin de la première session, prenez une pause de 5 minutes. Ne restez pas devant votre bureau, si une interruption est survenue et peut se régler en 2 minutes faites là, sinon allez marcher, boire un verre d’eau etc.
  4. Retournez à votre bureau et recommencez 3 sessions supplémentaires et prenez une longue pause. Toutes les 4 sessions la méthode Pomodoro nous invite à prendre une pause de 25 minutes. Ne regardez pas de vidéos ni n’allez sur les réseaux sociaux cela risquerait de tuer votre productivité. À l’inverse, occupez-vous des urgences pendant vos pauses ou profitez d’une vraie pause en vous aérant l’esprit. Ensuite recommencez un nouveau cycle.

Attention à ne pas culpabiliser si vous n’arrivez pas à faire trois, quatre ou cinq cycles d’affilé, la technique Pomodoro nous pousse à une concentration maximale ce qui peut être épuisant mentalement.

Que faire si l’on est interrompu ?

Vous ne devez pas être interrompu plus de quelques secondes sinon cela va tuer votre session. Si votre interruption est de courte durée et non urgente, prenez une feuille sur laquelle vous pourrez noter toutes les interruptions qui ont lieu. Pendant les pauses occupez-vous en.

En revanche, si l’interruption est urgente, si elle vous prend plusieurs minutes et qu’elle coupe votre session de travail, arrêtez le minuteur. Le temps que votre concentration retourne à son niveau maximum tue totalement la technique Pomodoro.

D’où vient la méthode Pomodoro ?

La technique Pomodoro a été mise au point par le développeur berlinois Francesco Cirillo pour vaincre la procrastination. À force de chercher à optimiser son temps et sa productivité, Cirillo commença à chronométrer son temps de travail tout en prenant régulièrement des pauses. Avec le temps et en associant cette approche avec celle du développement agile, il se rendit compte qu’il réussissait à accomplir plus en prenant plus de pauses.

Le nom de la technique vient du minuteur qu’il employait : il utilisait tout simplement son minuteur de cuisine en forme de tomate, d’où le nom Pomodoro.

Pourquoi la technique fonctionne ? Quels sont ses avantages ?

La méthode fut découverte par hasard mais fonctionne car elle joue sur de nombreux faits psychologiques.

  1. Externalisation de la discipline : Ce n’est pas vous qui êtes en charge mais votre minuteur. Vous avez moins d’effort à maintenir votre attention car ce n’est plus vous qui décidez.
  2. Facilité à se mettre au travail : On s’en est tous rendu compte à un moment ou à un autre. Quand on procrastine, quand on a peur d’une tâche, le plus dur c’est de s’y mettre. La méthode Pomodoro annule cette pensée car on ne s’engage plus sur de longues heures de travail acharné mais uniquement sur 25 minutes. 25 minutes de peur, de doute ou de labeur, ce n’est pas si terrible.
  3. Engagement et cohérence : Robert Cialdini dans Influence et Manipulation nous propose un concept psycholiguqe très intéressant : le besoin de cohérence. C’est une suite directe au point numéro 2 de cette liste : quand nous avons commencé, quand nous avons pris une décision qui change notre perception de nous-même, par exemple, être plus productif, nous avons davantage tendance à poursuivre pour être cohérent avec cette nouvelle image. De fait, commencer une première session de Pomodoro nous poussera à terminer le premier cycle et ainsi de suite. Certaines applications jouent encore plus sur cet aspect psychologique en illustrant schématiquement le temps de travail restant.
  4. Segmentation des tâches : Une des clés de la productivité repose dans notre capacité à découper des projets des tâches en sous-partie facilement exécutable. Référez vous à la méthode GTD pour en savoir plus. En faisant des rushs de 25 minutes sur une seule et unique tâche, vous êtes obligé de découper suffisamment votre projet pour vous concentrer sur des tâches suffisamment légère.
  5. Autoévaluation facilitée : La méthode Pomodoro rend également l’auto-évaluation de sa performance plus facile. Vous venez de segmenter vos tâches. Vous savez combien de session de 25 minutes ont été nécessaires à la réalisation de vos projets. Il vous suffit de faire un suivi minutieux des sessions attribuées à certaines tâches et le tour est joué : vous pouvez mieux comprendre votre temps de travail et identifier des axes d’amélioration.

Comment améliorer la méthode Pomodoro ?

  1. Associer avec d’autres techniques : La méthode Pomodoro s’intègre directement avec d’autres techniques. Le meilleur exemple est le timeboxing : vous pouvez décomposer votre journée de travail en plusieurs cycles de Pomodoro. Par exemple, admettons que vous allouiez 3h pour l’écriture d’une vidéo, considérez que vous pourrez effectuer à peu près 2 cycles. Utilisez la pause longue pour segmenter votre timeboxing et passez d’un projet à l’autre après la phase initiale passée. Vous pouvez aussi appliquer la méthode Pomodoro à votre routine de motivation.
  2. Changer les délais : N’hésitez pas à changer les délais de la méthode Pomodoro. Personnellement je préfère partir sur du 50 minutes de travail, 10 minutes de pause qui me permet d’être plus productif sur des tâches créatives. Toutefois je prends des pauses longues raccourcies de 30 minutes. Trouvez votre cycle personnel.
  3. Ne pas suivre la méthode : Vous pouvez aussi choisir de vous servir de la méthode Pomodoro pour vaincre la procrastination dans des phases compliquées ou vous n’avez pas le moral. Rappelez-vous, je vous ai dit que l’engagement initial de 25 minutes facilite la mise en route. Quand vous êtes lancé et que vous avez une grande motivation, rien ne vous oblige à prendre une pause : continuez sur votre lancée. C’est particulièrement intéressant pour des tâches créatives.
  4. Préparer ses cycles : Avant de commencer tout cycle, prenez une attention toute particulière à tuer n’importe quel élément pouvant potentiellement troubler votre attention : rangez votre bureau, nettoyez votre espace, coupez vos notifications, fermez vos autres applications. La clé du Pomodoro est la concentration intense.

Quelles applications utiliser ?

  • Forest : Comme son nom l’indique, Forest repose sur le fait faire pousser une forêt au fur et à mesure. Chaque session réussie sans toucher son téléphone nous apporte un arbre. Chaque journée est représentée par une forêt. Forest est très intéressante car sa gamification peut ajouter une carotte à notre motivation.
  • Focus : Focus est une très belle application qui permet de faire beaucoup dans sa version gratuite. Pour le suivi des tâches et une segmentation plus intelligente il faut passer à la version payante. Je me suis longtemps servir de cette application sur mon Apple Watch pour limiter toute interaction avec d’autres outils numériques.
  • BeFocused : Peut-être la meilleure par sa simplicité. BeFocused a une version gratuite et une payante et permet de suivre ses cycles Pomodoro sur le long-terme. Pour l’avantage principal de cette application est son intégration dans la barre de menu du Mac qui me permet avec des raccourcis clavier de mettre en route et de suivre le minuteur, cela fonctionnait très bien pendant les périodes où ma motivation était pas optimale.

Crédits photo © Tetiana SHYSHKINA